« Battle of the sexes » : un film power !

Nejma, novembre 2018.

Battle of the sexes est un film qui donne la pêche et renforce la confiance en soi, ce que j’appelle un film « power ». Il fait du bien sur deux niveaux : l’un parce qu’il montre une femme role model positif : une championne de tennis affronte un homme et gagne ; et l’autre parce que les scènes lesbiennes sont magnifiques : tendres, sexy et pleines d’émotion.

Ce film est basé sur une histoire vraie et pratiquement tout s’est passé exactement comme dans le film à quelques détails près1. Une championne de tennis, Billie Jean King, proteste contre les inégalités de salaires entre hommes et femmes dans ce sport, décide d’organiser un tournoi féminin, rencontre une femme dont elle tombe amoureuse. Provoquée dans une sorte de match-duel par Bobby Riggs, un champion de tennis masculin qui se trouve être aussi féru de pari en tous genres, elle combat Riggs mais aussi toutes sortes d’acteurs machos du monde du tennis : les commentateurs, les responsables de la fédération… Ainsi, le 20 septembre 1973, l’une des meilleures joueuses de l’époque, Billie Jean King, a affronté cet ancien champion, lors d’un match très médiatisé et spectaculaire en raison du caractère crâneur de Riggs et de la particularité du match : une femme affronte un homme au tennis.

Ce personnage joué par Emma Stone est intéressant car on suit sa trajectoire de simple joueuse à militante féministe. Au début, elle ne se considère pas comme féministe, ce sont les autres qui la désignent ainsi, lui font prendre conscience qu’elle l’est, parce qu’elle souhaite gagner autant d’argent qu’un homme quand elle gagne un match.

Le personnage masculin, Bobby Riggs, incarné par Steve Carell, semble caricatural mais ce qui est montré, c’est la construction de la masculinité. Là aussi tout est vrai, mais le fait de nous faire voir aujourd’hui ce qui s’est joué autour de ce match permet de repenser cet événement en s’attachant aux rôles de genre. On voit toujours le féminin comme étant construit : le maquillage, les vêtements, etc., et le masculin comme étant naturel, simple… Ici on nous montre la masculinité comme étant un spectacle, avec ses accessoires (voitures, grosse raquette…), le côté gouailleur, le jeu et le risque… Pour une fois, on montre le côté faux, surjoué et non naturel de cette masculinité, tandis que la joueuse apparaît comme volontaire, technique et professionnelle.

En arrière plan, un mini théâtre de boulevard se joue en coulisse du match, le personnage du mari de la championne est à peine crédible, tellement il est flegmatique quand il comprend que sa femme le trompe avec une autre femme. Malgré la peine qu’il peut ressentir, ce qui compte pour lui, c’est la réussite de sa femme.

Quant à l’idylle entre les deux femmes, elle pèche sur un point : on ne sait rien de ce que ressent cette coiffeuse jouée par Andrea Riseborough, tout est vu par les yeux de la championne : ce qu’elle risque si cette relation se sait, ses émotions, le fait qu’elle fasse souffrir son mari… Tandis que pour la coiffeuse, cela semble évident qu’elle puisse s’absenter de son travail, abandonner son petit ami pour suivre Billie Jean King. La question de la classe sociale joue à plein, car la vie de la coiffeuse est complètement effacée devant celle de la championne. Dans la vraie vie, la coiffeuse, Marilyn Barnett, a fait un procès à Billie Jean King pour lui réclamer, en vain, de l’argent.

Mais on craque complètement pour les belles scènes d’amour, surtout celle où les deux femmes se voient pour la première fois dans le salon de coiffure et que la championne est submergée par ses émotions, c’est très bien filmé, on a l’impression de chavirer, de sentir le parfum de la coiffeuse et d’être envahi par sa présence. On a apprécié aussi que la coiffeuse, dont ce n’est pas la première histoire avec une femme, ne saute pas sur la femme hétéro mais que c’est plutôt l’inverse qui se produit. J’insiste là-dessus car on sort des rôles de la lesbienne séductrice et la femme hétéro séduite. Pour résumer, un bon film qui recharge les batteries !

1 http://www.premiere.fr/Cinema/Battle-of-the-Sexes-les-differences-entre-le-film-et-la-realite